La Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique d’avril 2011, ratifiée par la France le 4/07/2014, indique : « la violence à l’égard des femmes est une manifestation des rapports de force historiquement inégaux entre les femmes et les hommes ayant conduit à la domination et à la discrimination des femmes par les hommes, privant ainsi les femmes de leur pleine émancipation ; […] le terme « violence domestique» désigne tous les actes de violence physique, sexuelle, psychologique ou économique qui surviennent au sein de la famille ou du foyer ou entre des anciens ou actuels conjoints ou partenaires, indépendamment du fait que l’auteur de l’infraction partage ou a partagé le même domicile que la victime »

Les violences conjugales se caractérisent par l’emprise d’une personne sur sa compagne, avec des actes à la fois récurrents, cumulatifs, s’aggravant généralement, inscrits dans un rapport de force asymétrique (dominant/dominé) et figé. Pour plus d’informations, cliquer ici pour le site STOP VIOLENCES FEMMES du Ministère.

Les conséquences sont graves pour la santé physique et psychique. Le site de l’association de Mémoire Traumatique et Victimologie vous donne de précieuses informations sur les psychotraumatismes.

Il est difficile de parler des violences que l’on subit à son entourage (honte, peur de ne pas être crue ou de subir des représailles, isolement …), c’est pourquoi il ne faut pas hésiter à contacter une association spécialisée, comme Paroles de Femmes (Massy, Etampes, certains commissariats de police et brigades de gendarmerie du département), Femmes Solidarité 91 (Ris-Orangis), l’association Léa (Val d’Yerres).

Cliquer ici pour la liste des associations de la Fédération Solidarité Femmes dans toute la France.

Les violences conjugales ne sont pas une fatalité,

il est possible de s’en extraire si on se fait aider !

Maître Christine Cabaret est formée à la problématique des violences conjugales et dispose d’une longue expérience dans l’accompagnement des victimes (ayant accompagné plus de 450 femmes lorsqu’elle travaillait au CIDFF).

Elle est intervenue (lorsqu’elle était Référente Violences Conjugales au sein du CIDFF de l’Essonne) dans la formation des gendarmes du département, de la police municipale de la Ville d’Evry, du personnel de plusieurs mairies, de l’UDAF, de travailleurs sociaux ainsi que de différents professionnels libéraux (médecins, sages-femmes, psychologues, avocats …) lors des formations du Collectif Essonnien contre les violences faites aux femmes.

[Le Parisien 2007] CHRISTINE CABARET, juriste, tiendra une permanence à Brunoy

[CIDFF 2013 ] Parcours des femmes migrantes confrontées aux violences

Voici un questionnaire qui vous aidera à faire le point sur les violences subies, notamment avant de déposer une plainte : QUESTIONNAIRE VIOLENCES CONJUGALES